L' é t é   d u  b r o u i l l a r d



  Pour éviter de se faire lyncher, seulement nous et le paysage armé de sourire,

  collez les fleurs.

  Les épis de cheveux raidissent dans la plaine,

  accordez vos violences.

  Tiens, embouche ton biberon et va jouer près des marteaux-piqueurs

  en vibrant des dents au jardin, joue du laid en pensant à autre chose

  car la mort fauchera les plus gais avant toi et tu as le temps de t'ennuyer.


     …



  Printemps la légende



  On leur faisait miroiter de grandes menaces,
  les espèces pernicieuses grillaient de se sauver,
  les idiots somnolaient en perdant leur sapience,
  Aux femmes autoritaires laisse porter les bagages.
     …

  Mol automne F


                                                                                                                        …

  Par la main qui colle aux murs débarrasse les arbres de leur blouse chantent en
  traînant leurs chaînes

  Quand il atteindra l'allure de six rages cherche-moi dans le trésor du cyclope et selle
  un ortholan, nous partons vers le pot-au-noir

  Fouettant les albumines enrouées concasser les nuées et ramner mon cv. Salut
  Maurice le grand con, lamé de gaz, le sol est jonché d'esquilles de voyageurs

  Incarcérés dans la tôle comme des bouddhas serrés à la sortie du bouge. Salut chef
  Indigo fumé par la vitre, le sol est jonché de mouchoirs de tes larmes tordues.

      …


  Hiver de traîne



    Il doit bien y avoir deux ou trois personnes qui vous obéissent, voire un
    animal, mais moi je ne suis pas né avec une cage derrière les yeux : je vis
    sur les orties brisées et dors sur des braises plus longues que l'écho…
                        …Dans les bocages propices à la chouette au teint de
    serpillère qui dort jusqu'à la fin de l'étang dans un lit de roses, de sable et de
    syncope le maître secouait de ses chaussures pointues la poussière mêlée
    de calmants et pelait une banane en quatre lambeaux de lys, dont il mouillait
    le limbe de jour connu de tous, étendu d'accrus et d'éphémères…
      …












mannequin futaba-so "Kyoto 1980"
accueil